Vous souveniez-vous lorsque vous étiez enfant ?
Êtiez-vous plein ou pleine de vitalité ?

Peut-être n’était-ce pas votre cas, mais lorsque vous observez des enfants pleins de vitalité, que constatez-vous ?
Ils jouent, ils savent se couper du monde extérieur pour entrer dans leur propre monde, et y vivre leurs rêves
Ces histoires qui émergent de leur imaginaire leur permettent de se libérer, de se couper un certain temps de ce qui est trop lourd pour eux.
Ils s’aménagent ces soupapes régulières où ils vivent sans cette pression du monde extérieur.
L’imagination les porte à travers des histoires qu’ils s’inventent et qui leur permettent de s’échapper, de se nourrir d’une nouvelle énergie qui les vitalise.
Leur organisme profite alors littéralement de cette énergie bouillonnante.

Quel remède contre la fatigue trouve-t-on chez les animaux ?

Les animaux constituent une source d’observation merveilleuse puisqu’ils n’ont pas les conditionnements que nous pouvons avoir.
A l’image des enfants que nous avons vus a début, les animaux ont cette faculté de jouer, et pas uniquement au plus jeune âge.
Des chercheurs ont récemment tenté une expérience avec des rats de laboratoire … en jouant à cache-cache avec eux !
Ceux-ci se sont prêtés au jeu très rapidement, prouvant cette fonction innée du jeu chez les animaux.
Tout comme chez les êtres humains, cela leur permet d’entretenir dans leur contexte des liens sociaux, des bonnes relations.
Cette notion de liens sociaux est d’ailleurs un des éléments importants mis en avant lors des études sur les points clefs favorables chez les centenaires.
C’est le pouvoir de la communauté, des amis, de la famille qui offre – ou est sensé offrir – les conditions idéales pour se sentir dans une forme de sécurité … et pouvoir ainsi lâcher momentanément l’anxiété, les tensions, et ainsi repartir avec un second souffle.
Nous verrons plus loin également ce que la plupart des animaux produisent naturellement pour éviter la fatigue. Fatigue qu’ils ne peuvent jamais se permettre sous peine de disparaître en devenant l’objet d’un prédateur.

Mais quelle est la définition de la fatigue ?

Des différentes définitions proposées, wikipedia prend en compte la notion de contrainte, ainsi que la notion de fatigue psychique (plutôt en relation avec votre mental) et physiologique (plutôt en relation avec les fonctions et propriétés même de vos organes, de votre organisme).

Elle nous dit :

« La fatigue est un état résultant de contraintes physiologiques ou psychologiques aboutissant à une diminution des performances physiques ou cognitives.

La fatigue physiologique est réversible avec la mise au repos, qui restaure un niveau normal de performances.

La fatigue psychique se manifeste par une baisse de l’attention et de la concentration. »

Ce qui nous intéresse surtout, c’est que « Au niveau sociologique, l’accélération des rythmes de vie inhérents aux sociétés modernes accentue ce phénomène de fatigue. Ainsi, la fatigue peut être vue comme une désadaptation à l’environnement. »

Et lorsqu’on parle de désadaptation à l’environnement, cela peut signifier que notre place dans cet environnement n’est pas ou n’est plus la bonne, ou que notre façon d’aborder cet environnement ou d’y penser ne convient pas ou plus … et qu’il faut alors l’aborder d’une autre manière pour qu’émotionnellement elle nous procure de l’enthousiasme plutôt que de la contrainte :

Lorsque vous vivez une difficulté particulière, vos pensées sont focalisées sur cette difficulté.

« … La fatigue fait son apparition de façon physiologique en fin de journée ou à l’issue d’une contrainte. Ces contraintes peuvent être physiques (bruit, vibration, chaud, froid), physiologique (stress, rupture de rythme circadien, horaires irréguliers, privation et dette de sommeil) ou psychiques (anxiété, incertitude, compétition, charge de travail, discordance informationnelle). »

Cela crée une forme de souffrance pour votre organisme, car votre mental ne parvient pas à lâcher prise.

Le moral est moins bon, on a moins d’entrain.

Et alors que votre meilleure amie est toujours enthousiaste, qu’elle a plutôt tendance à se focaliser sur sa chance, sur son bonheur … se plaint-elle d’une sensation de fatigue ou de lassitude ? Certainement non.

Par contre cette autre personne que vous avez rencontrée récemment et qui a tendance à ressasser son mal-être, sa relation difficile au travail, ou son travail qui ne lui convient pas du tout, n’a-t-elle pas toutes les chances d’être fatiguée ?

Un cas extrême de fatigue est celui du burnout.

Une excellente question à se poser est la suivante : vous dites-vous souvent « je dois faire ça, je n’ai pas le choix », comme un travail ou une tâche qui nous déplait par exemple, et qui est vécue comme une contrainte ?

Il faut déjà en prendre conscience, accepter de le reconnaître, ne pas rester dans le déni. 

C’est déjà une bonne partie du chemin fait pour retrouver une meilleure dynamique … à condition de poser les actes en conséquence !

Mais il faut de l’énergie pour cela. Nous verrons en fin de ce mail la solution qui a permis à l’une de mes clientes médecin de me confier qu’après 6 semaines elle avait pu prendre des décisions qu’elle n’aurait jamais prises sans cette aide !

Alors vous allez me dire que vient faire ce 1er paragraphe qui nous parle des enfants, du jeu … Précisément, c’est de prendre conscience que nos situations de vie peuvent être à l’origine de cette fatigue … est-ce que tout me convient dans ma vie, et le cas échéant que dois-je changer ?

Les gens enthousiastes et qui aiment leurs projets et ce qu’ils font, qui se font plaisir sont fatigués en fin de journée mais avec une bonne fatigue. Celle qui sera réparée avec un bon  sommeil pour peu qu’ils aient une bonne hygiène de vie.

Alors pourquoi cette fatigue intense sans raison que nous pouvons ressentir ?

Comprenez-vous maintenant un peu mieux pourquoi votre corps vous donne des signaux de fatigue ?

Quel plaisir nous anime ?
Depuis bien longtemps nous sommes devenus des “adultes responsables”.
Enfants, nous n’avons pas tous eu cette chance de pouvoir continuer à jouer très longtemps … car nos parents voulant nous préparer au mieux pour la vie, nous faisaient pour beaucoup comprendre qu’il était important de mettre au premier plan les devoirs à faire pour avoir de bons résultats scolaires … et devenir des adultes qui réussissent.

C’est parfaitement honorable … et c’est certainement ce que nous avons fait pour nos propres enfants ! Et une fois adultes, il est rarement question de remettre en cause ce schéma car ce qu’ont dit nos parents est un peu « gravé dans le marbre ».
Alors on travaille dur, les études d’abord, puis un travail (que l’on a pas toujours choisi et appris à aimer) où on y met tout notre cœur car on y croit encore et il faut y aller.
Et tant qu’il y a encore de l’énergie, on ne se pose pas de question.
Puis rapidement les enjeux de toutes natures (financier, relationnels …) prennent de plus en plus de place dans nos vies.

L’insouciance, le jeu « innocent » où on sait encore s’échapper n’est plus trop possible. Et alors que les uns s’isolent, les autres profitent de moments entre amis pour échanger sur les difficultés du moment, les difficultés économiques, les enjeux de plus en plus contraignants au travail, les relations difficiles avec la famille, le patron, les collègues … et ainsi de suite, la liste est sans fin !!!

On vit dans un stress permanent, sans que notre corps n’en voit le bout du tunnel.
Et malheureusement notre corps n’est pas adapté pour ce stress permanent.
On compense alors les vides ressentis avec du sucre, la nourriture, l’alcool, le tabac … ou quelquefois beaucoup plus, c’est la spirale qui s’enclenche, on se coupe d’un bon sommeil, d’une bonne alimentation, d’une bonne hygiène de vie …

Ressentez-vous autant cette fatigue dans des contextes favorables ?

Dès lors que vous prenez quelques jours de vacances, vous vous sentez plus en forme au retour pour redémarrer, n’est-ce pas ?
Vous vous détendez, votre sommeil est globalement de meilleure qualité, plus réparateur … et idéalement sans le réveil ou l’alarme qui donnait le « la » du départ d’une journée. Là, dans ce cas précis, lorsqu’on a basculé dans le « il faut, je n’ai pas le choix », il se produit un déclenchement psychologiquement, ce sont des fuites énergétiques qui se mettent en place, et un déséquilibre dans la balance des nutriments qui sont soit mal absorbés, soit sur-consommés.
Vous coupez avec ces habitudes de pensées quotidiennes qui vous tirent vers le bas.
Vous savez, ces pensées qui vous ont sans cesse occupé sans relâche jour après jour … et maintenu dans un stress quasi permanent.
Vous voyez maintenant des cieux nouveaux, vous vous évadez enfin … et laissez enfin votre organisme « souffler », se reposer.
Il peut alors se réparer, se nourrir à nouveau de cette nouvelle énergie que vous lui permettez d’absorber … parce que vous libérez l’étau de votre esprit !
Et vous le gratifiez peut-être d’une alimentation moins lourde, et plus riche en nutriments.

Honnêtement, combien de fois vous évadez-vous dans vos rêves les plus délicieux au cours d’une journée, au cours d’un mois ou d’une année ?
En étant honnête avec vous-même, quel % de votre temps ce « souffle libératoire » représente-t-il dans une année de votre vie ?

Alors quelle solution à cette sensation de fatigue permanente ?

Dans les situations que nous avons vu avec le jeu des enfants et des animaux, les vacances, il s’est agi de laisser l’esprit s’échapper de la “routine qui étouffe”, et qui n’offre plus l’enthousiasme dont l’organisme a besoin pour revendiquer son droit à la vie … conduisant subtilement à une forme d’étiolement, de lassitude de la vie.
Par la présence de cette fatigue, notre corps nous rappelle gentiment à l’ordre pour voir où nous en sommes, pour nous inciter à faire un bilan de ce que l’on a fait comme compromis qui ne nous conviennent pas … et pour nous inciter à corriger la trajectoire.

Ça démarre dès le matin … dès la sonnerie stridente du réveil ou de l’alarme qui sonne suffisamment fort pour vous obliger à bouger, qui donne le « la » d’une journée qui débute dans le « il faut, je n’ai pas le choix » … pour des tas de raisons qui vous sont propres.
Là, dans ce cas précis, lorsqu’on a basculé, lorsqu’on a accepté cette idée que c’est une galère mais qu’il faut y aller, il se produit un déclenchement psychologiquement de mode type « survie », avec des fuites énergétiques qui se mettent en place, et un déséquilibre dans la balance des nutriments qui sont soit mal absorbés, soit sur-consommés.
Mais comme un organisme stressé n’est pas dans les conditions optimales pour bien absorber … il va passer à côté de beaucoup de nutriments.
Nous verrons d’ailleurs dans un prochain blog l’importance de s’alimenter de « la bonne manière », à quel point il est important d’être détendu, bien mastiquer … pour profiter de manière optimale de ce que nous ingérons.

Votre esprit n’est plus nourri dans son enthousiasme de vie, il est coupé de ses racines de vies, celle qui font circuler notre énergie en nous nourrissant du bas vers le haut dans un flux puissant, celui de la vie.

Et plus le temps passe, plus le fossé se creuse … avec votre organisme qui fait absolument tout pour maintenir cette vie précieuse.
Il est programmé pour ça, il est programmé pour maintenir la vie !
Il fait avec ce qu’il a, mais il n’a pas assez de « charbon » pour s’assurer que la locomotive continue à filer à vive allure !
Alors pour pallier à cela, votre organisme doit trouver les ressources pour tenir, pour réparer les dégâts de cette « non expansion ».

Et il a alors besoin de plus de ressources, de beaucoup plus de nutriments que ce dont il dispose à travers votre alimentation.

La Vitamine C est une de ces précieuses ressources très bien connue scientifiquement pour sa capacité à contribuer à réduire la fatigue, comme elle l’est pour les animaux qui pour la plupart la produisent eux-mêmes naturellement, pour compenser par exemple un stress passager intense.
Vous savez peut-être qu’une chèvre de 70 Kg produit quotidiennement pour ses besoins normaux jusqu’à 10 grammes de Vitamine C !!!
Et en cas de stress important pour sa survie par exemple, elle en produit elle-même jusqu’à 100 grammes !!!

Un des remèdes pour contribuer à réduire la fatigue

J’ai vécu cette situation de fatigue intense, et c’est pour cette raison que vous lisez cet article, parce que j’étais dans le même dilemme que vous.
Cela vous permet de comprendre, en gagnant du temps.
La connaissance rend libre.

En effet, à une période particulière de ma vie, j’ai cherché ce qui pouvait me permettre de relancer la machine, de m’épauler pour une vraie dynamique de vie, et ne pas sombrer dans le lot de la plupart, jusqu’à ce que la mécanique finisse par lâcher.
Et ce, tout en rendant grâce que nos choix nous aient maintenus jusqu’ici dans une santé et une dynamique « correcte ».
Mais j’estimais que le « correct » n’était pas suffisant et je voulais aller plus loin, retrouver une vraie « normalité », celle d’un homme sain dans un corps sain et robuste avec un tonus au moins normal …

C’est alors que j’ai découvert la Vitamine C et ses propriétés qui devraient être enseignées en cours préparatoire, tellement c’est fondamental !

L’un des nutriments les plus majeurs dans la production d’énergie dans notre corps est la Vitamine C car nous ne la produisons pas, contrairement aux autres animaux.
Dans nos contextes de vies tendues, stressées, où les éléments extérieurs ne sont pas très favorables pour acquérir et maintenir un bon niveau de cette Vitamine majeure, je n’ai pas trouvé d’autre salut pour retrouver une vraie dynamique de vie que de me supplémenter en Vitamine C.

Mais pas n’importe quelle Vitamine C !

En tant que Docteur en pharmacie, j’étais un peu sceptique sur ce que je trouvais dans le commerce.
Et pourtant avec ce que j’avais découvert, j’en voulais absolument.
Je voulais absolument trouver un produit de haute qualité qui m’apporterait ce que j’attendais !!!

Une Vitamine C Liposomale de haute qualité, sans conservateur ni adjuvants, avec une qualité de production de haut niveau, une Vitamine C qui n’aurait pas d’équivalent !

A défaut d’en trouver, j’ai fini par la faire fabriquer.
Et j’ai développé une expertise suffisante dans le domaine, qui me permet d’informer et d’apprendre beaucoup de choses à de nombreux médecins ouverts sur le sujet, qui sont ravis de découvrir la C-Vitale, et surtout enfin de découvrir un produit à la hauteur de leurs attentes.

La C-Vitale est une évolution des formes classiques de Vitamine C absolument phénoménale.
Les molécules de Vitamine C sont protégées.
Et elle a la particularité de passer la barrière intestinale avec une absorption idéale … mais mieux encore, elle permet de passer dans la lymphe.

Mes proches, clients et prescripteurs sont unanimes.
Ils sont aux anges car ils retrouvent du tonus !
Une excellente forme qui leur permet de vivre une vie différente, de pouvoir faire face plus facilement à leurs contraintes quotidiennes, rentrer le soir chez eux en forme, pouvoir assurer à nouveau des activités physiques qui leurs permettent de se sentir mieux …

Bien entendu les témoignages des utilisateurs sont que l’action se fait selon une durée variable en fonction de chacun, et à condition de l’utiliser de “la bonne manière”.

Profiter d’une supplémentation le temps de « redémarrer » la machine et « refaire les stocks », et en parallèle accompagner cela par des changements judicieux de vie, de type de pensée vers des pensées plus enthousiastes, joyeuses, voilà la « bonne manière » de prendre les choses en main !

Cliquez ci-dessous et testez la C-Vitale, ainsi vous apprendrez comment elle peut vous accompagner de manière durable tout au long de votre vie … et pour les moments clef de votre vie.

OFFREZ VOUS LA C-VITALE

FAITES LA DIFFÉRENCE DANS VOTRE VIE !